Marie Hallynck & Muhiddin Dürrüoğlu Samedi 11 février 2023 à 19h30

Marie Hallynck, violon

Muhiddin Dürrüoğlu, piano

On ne présente plus la violoncelliste  Marie Hallynck, naguère Rising Star européenne. Il est vrai que tout le monde n’a pas fait ses débuts de soliste au Carnegie Hall de New York et à la Philharmonie de Berlin ! Avec son complice Muhiddin Dürrüoglu, pianiste formé à la Chapelle musicale Reine Élisabeth mais aussi compositeur. 

Tous deux membres de l’Ensemble Kheops et grands habitués du Théâtre du Château de Chimay où le duo Hallynck a, par ailleurs, tourné son dernier clip…

 

Programme

Tarifs 

  • 32€/adulte
  • 30€/sénior (+60 ans)
  • 15€/jeune (-25 ans)

Marie Hallynck, violon

Soliste confirmée, chambriste et pédagogue passionnée, Marie Hallynck figure désormais parmi les violoncellistes incontournables de sa génération.
Ses pas l’ont menée dans des salles aussi prestigieuses que le Concertgebouw d’Amsterdam, la Musikverein de Vienne, le Wigmore Hall de Londres, le Symphony Hall de Birmingham, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Théâtre de la Ville et la Cité de la Musique à Paris, la Philharmonie de Cologne, de Berlin pour ne citer qu’elles.

On la retrouve en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de St-Petersbourg, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique chinois de Hong-Kong… ou aux côtés des pianistes Cédric Tiberghien, Jean-Claude Vanden Eynden et Muhiddin Dürrüoglu.
C’est en compagnie de ce dernier et du clarinettiste Ronald Van Spaendonck qu’elle fonde en 2006 l’ensemble Kheops, ensemble à géométrie variable qui réunit une dizaine de musiciens dont Sophie Hallynck, Lise Berthaud, Ning Kam, Laurent Lefèvre, Gaby Van Riet (pour ne citer qu’eux) autour d’un répertoire classique à contemporain.
Lors de ses années d’études, Marie Hallynck s’est distinguée lors de nombreux concours et a reçu diverses récompenses dont: un prix au célèbre tournoi Eurovision de la musique classique et au concours Tromp (Eindhoven) en 1992, les diplômes d’honneur du Mozarteum de Salzburg et de l’Accademia Chigiana de Sienne et le prix de la Fondation belge de la Vocation en 1993. Elle est également lauréate de l’association Juventus et de la fondation Emile Bernheim (1996).
En 2001, elle est élue « Rising Star » par l’Association des salles de concerts européennes et l’année suivante, « Soliste de l’année » par l’Union de la presse musicale belge.
Parallèlement à ses activités de concertiste, Marie Hallynck enseigne au Conservatoire Royal de Bruxelles depuis l’âge de 19 ans. Elle est également invitée à siéger parmi les membres du jury de concours internationaux (ARD Münich, Concours Reine Elisabeth 2017).
Elle joue sur un violoncelle de 1717 du luthier vénitien Matteo Goffriller.

Muhiddin Dürrüoğlu, piano

Pianiste, compositeur, pédagogue, Muhiddin Dürrüoğlu est un musicien aux multiples fa- cettes, doté d’une personnalité artistique hors du commun.

Ses concerts en tant que pianiste le mènent dans un très grand nombre de pays d’Europe, d’Asie et d’Amériques. 

Muhiddin Dürrüoğlu est Professeur de musique de chambre au Conservatoire Royal de Bruxelles et est également régulièrement invité à donner des cours et masterclasses de piano en Turquie, Belgique et aux Etats-Unis (Indiana University, Jacobs School of Music).

Admis dès l’âge de onze ans au Conservatoire d’Ankara, Muhiddin Dürrüoğlu y reçoit l’enseignement de l’éminent pédagogue Kamuran Gündemir pour le piano et Ilhan Baran, disciple d’Henri Dutilleux, pour la composition et la théorie musicale. A 18 ans, Muhiddin Dürrüoğlu s’installe en Belgique pour poursuivre sa double formation auprès de Jean-Claude Vanden Eynden (piano) et Jacqueline Fontyn (composition) au Conservatoire Royal de Bruxelles puis à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth (pour le piano) dont il sort gradué en 1992, nanti d’un diplôme de virtuosité avec grande distinction.

Il entame ensuite un doctorat à l’Indiana University School of Music à Bloomington (Etats- Unis) auprès d’Edward Auer (piano) et Donald Freund (composition).

Durant ses années d’études, Muhiddin Dürrüoğlu se distingue avant tout comme pianiste (Concours européen de piano 1991, Concours Nany Philippart 1992, Fondation Belge de la Vocation 1995, Prix J. et W. Pelemans attribué par l’Union belge des Compositeurs pour sa contribution à la diffusion du répertoire national).

A partir de 1993, il commence également à se faire reconnaître en tant que compositeur: ses « Six Préludes » pour piano lui valent le Prix Arthur De Greef de l’Académie Royale des Beaux Arts, des Lettres et des Sciences de Belgique et «Contact » pour flûte et piano, la coupe de la création musicale de l’Académie de Lutèce à ParisEn 1996, il obtient le Prix Sabam pour « Contact 2 » au concours des Muizelhuiskoncerten et en 2000, il reçoit le Prix André Chevillion – Yvonne Bonnaud de la Fondation de France pour « Le Tourneur ». Deux de ses œuvres sont à nouveau primées lors de concours internationaux de composition: « Nebula » reçoit le Prix Irène Fuéris on et « Varioactivité » le 2e Prix du concours de Hulste.